Le management doit apporter la preuve qu’il s’engage pleinement pour sortir de la crise

Le manager doit porter un message d’espoir et faire prendre conscience à tous que les efforts doivent être collectifs. Face à l’incertitude, la communication est le maître mot.

Et si la crise était une meilleure opportunité pour rebondir ?
Pour Neama Ouazzani Touhami, consultante au sein du cabinet Optimum conseil, tout repose sur la réflexion stratégique et la communication. Explications.

Quel est votre sentiment sur la crise actuelle ?
Certes, l’économie nationale n’est pas épargnée par la conjoncture internationale. On a bien vu certains secteurs, surtout ceux qui dépendent des marchés étrangers, touchés de plein fouet par cette crise. L’impact sur la rentabilité et la productivité n’est pas des moindres. Tous ces facteurs se traduisent par un fort sentiment d’incertitude, de vigilance et d’attentisme.

Comment vivent les entreprises cette période ?
Il faut dire que nous constatons principalement un ralentissement des processus de recrutement. Les entreprises sont également dans un processus de redimensionnement des projets de développement. La crise actuelle a obligé bon nombre d’entreprises à redéfinir les objectifs de départ.

Il faut dire aussi que ces entreprises vivent également une multitude de paradoxes. Elles sont dans une logique de développement et de sécurisation des affaires mais en même temps d’optimisation et de fidélisation des ressources humaines. En fait, les managers sont souvent partagés entre la quête de performances économiques et la prise de conscience d’un mode de management moderne basé sur la responsabilité sociale de l’entreprise. Face aux turbulences environnementales, les entreprises sont de plus en plus à la recherche de nouveaux leaders capables de s’adapter mais aussi de changer les comportements de leurs collaborateurs. Faire preuve d’adaptabilité, être constamment à l’écoute de son entourage interne et externe, savoir s’entourer de bons collaborateurs, se sont là quelques qualités dont doit disposer un manager dans un contexte de crise.

Comment ces problèmes se répercutent-ils sur le personnel en général ?
Sur le plan psychologique, cela engendre le stress et un sentiment d’insécurité, sachant que certains problèmes se traduisent parfois par des licenciements.
Même au niveau individuel, les cadres et employés se posent parfois la question de rester dans ces entreprises ou ces secteurs en mal de compétitivité.
Il faut souligner que la gestion de telles situations diffèrent en fonction de la culture managériale de l’entreprise. On sera plus tranquille et mieux impliqué dans la recherche d’une voie de sortie de crise dans une entreprise qui développe les relations de confiance, l’esprit d’appartenance et la responsabilisation que dans celle où la communication est inexistante.

Comment alors un manager peut-il rassurer son équipe dans ces cas ?
Il ne faut pas chercher à rassurer à n’importe quel prix. Le management doit apporter la preuve qu’il s’engage pleinement pour sortir l’entreprise de sa crise. Tout d’abord, la première chose à faire est de mener une réflexion profonde sur ce que la crise peut s’avérer comme une opportunité. On a bien vu des entreprises au bord de la faillite se ressaisir parce qu’elles ont revu de fond en comble leur mode de management.
Il ne faut pas oublier qu’il existe deux types de changement. Celui qu’on veut et celui qu’on subit. Les entreprises qui arrivent à persévérer sont celles qui sont dans le premier mode.

Deuxième point important : la communication. Cela ne veut pas dire qu’il faut tenir des discours alarmistes à tout bout de champ mais plutôt être dans une logique de cohésion d’équipe. Un travail de proximité est important et le manager doit être présent sur le terrain pour garder le contact le plus étroit possible. Il doit aussi faire preuve de la plus grande transparence, Le manager doit porter un message d’espoir et faire prendre conscience à tous que les efforts doivent être collectifs et que les solutions ne se trouveront que dans le collectif. Il convient aussi de rappeler les principales valeurs et de fédérer les équipes autour de celles-ci.

Comment le faire concrètement ?
Généralement, ce genre d’intervention se fait lors des team building. Loin d’être la solution miracle, le team building permet malgré tout de fédérer une équipe et de créer une synergie de groupe, même dans les moments difficiles. Il permet d’optimiser les qualités de chacun et de renforcer le sentiment d’appartenance en interne. C’est pourquoi il est tant prisé par les entreprises.

Mais certaines entreprises ne peuvent pas se permettre de telles actions. C’est le cas des PME, surtout si elles sont en proie à une crise financière.

Comment peuvent-elles agir ?
Il est vrai que beaucoup de PME n’ont pas le recul nécessaire ou les moyens de se faire accompagner. Mais elles peuvent profiter de ces moments pour revoir leur mode d’organisation. Il faut rester ouvert aux propositions et à la nouveauté. D’une part, cela entretient un climat d’émulation, et, d’autre part, cela permet d’être plus créatif, synonyme de gains de temps et d’argent et donc de productivité, si précieuse en temps de crise.

Est-ce le moment de redéfinir ces objectifs de départ ?
Tout à fait ! Il ne faut pas oublier de redéfinir des objectifs raisonnables et concrets. Vaut mieux également les prévoir dans le court terme, quitte à en donner de nouveaux dans un laps de temps plus court. Fixer moins d’objectifs, les rendre atteignables, permet de conserver un environnement de satisfaction et de confiance.

Brahim Habriche, La Vie Eco